L’investissement immatériel

Par François Gourio

J’ai posté il y a quelques jours un petit billet sur l’évolution récente de l’investissement productif en France, qui reste négative. Cette mesure d’investissement ne rassemble que les investissements dans des actifs « physiques » ou « matériels » (en anglais,  «tangibles»): ordinateurs, camions, machines-outils, bureaux, usines, centres commerciaux, … Cela correspond à l’idée que la capacité de production repose essentiellement sur ce capital physique. Mais de plus en plus, la  production repose sur des actifs « immatériels » ( «intangibles») comme les brevets ou plus généralement les améliorations apportées par la recherche-développement. Par exemple, une entreprise comme Apple a peu d’actifs physiques ; elle préfère externaliser la production de l’iPhone et se concentrer sur la conception. La comptabilité privée autorise depuis quelques années les entreprises à valoriser les brevets comme un actif à part entière. Une part importante de la valeur de certaines entreprises est ainsi liée à ce stock de propriété intellectuelle. Par exemple, Google a récemment acquis Motorola en bonne partie pour son stock de brevets. Kodak actuellement finance sa réorganisation (en redressement judiciaire) par la vente de ses brevets à d’autres entreprises de technologie. De la même façon, des entreprises ayant acquis le copyright d’œuvres artistiques (comme Sony, EMI ou autres) en dérivent des revenus réguliers importants.

Economiquement, investir c’est dépenser des ressources aujourd’hui pour acquérir un actif durable (au moins un an) qui sert à produire dans le futur, ayant des droits de propriété définis. Cela peut être un artiste qui écrit une chanson qui rapportera des droits pendant des années. Ou une entreprise qui paye un employé à chercher des améliorations à sa logistique. Ou même un étudiant qui paye des frais d’inscriptions pour obtenir un diplôme qui lui donnera accès à un certain emploi. Ou encore une entreprise qui investit dans de la publicité et du marketing pour acquérir des clients récurrents. D’un point de vue conceptuel, il n’y a pas de raison donc que la comptabilité nationale se limite à mesurer les investissements physiques.

En fait la comptabilité nationale (comme celle de l’INSEE que j’ai discutée dans le billet précédent) est principalement limitée par la difficulté à assembler et organiser des données fiables dans un temps court : il est plus facile de compter les camions construits que les innovations. Mais l’importance de l’investissement immatériel a conduit les systèmes statistiques à améliorer leurs mesures. Le Bureau of Economic Analysis (BEA), qui organise les comptes nationaux américains, a dans sa dernière itération introduit une mesure de l’investissement en « produits de propriété intellectuelle », qui recouvre d’une part l’investissement en logiciels (qui était déjà mesuré), l’investissement en R&D, et la création d’œuvres de divertissement donnant lieu à copyright (films, livres, télévision, théâtre, etc.). A terme, l’INSEE va aussi être amené à une modification similaire, qui est recommandée par les instances internationales.

Conceptuellement, cela revient à reconnaître que la production d’un film ne fait pas qu’augmenter le flux de divertissement aujourd’hui, mais permet aussi une augmentation de la production de divertissement dans le futur. Le BEA a estimé la durée de vie des différentes œuvres, et ainsi la hausse de production future et donc la valeur de l’investissement. (Voir ici pour la documentation technique.) Au final, ces changements ont augmenté le niveau du PIB d’environ 3%. L’investissement en produits de propriété intellectuelle représente environ un tiers de l’investissement total des entreprises.

La figure ci-dessous montre l’évolution de l’investissement en produits de propriété intellectuelle. Comme les autres types d’investissement, cette variable est volatile : elle varie fortement selon le niveau d’activité économique du pays (mais moins cependant que les achats de biens physiques durables comme les matériels de transport ou les ordinateurs).

ippd

Le PIB est non seulement égal à l’ensemble de la production mais aussi à l’ensemble des revenus, la somme des salaires et des profits de la production courante. De ce point de vue, reconnaître qu’une partie de la production est destinée à produire dans le futur conduit à prendre en compte qu’une partie des coûts des entreprises est effectivement de l’investissement et non pas une dépense pour la production courante. Cela conduit donc à réviser à la hausse l’estimation des profits.

A terme, on peut imaginer que les comptes nationaux incorporent aussi les investissements en marketing, en capital humain, et ainsi de suite. Certes les mesures risquent d’être plus imparfaites que dans des secteurs traditionnels de l’économie. Mais cela reflèterait de façon plus exacte les facteurs de production modernes.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s